Philippe Révy, orthophoniste et formateur en sciences cognitives

#QuI suis-je ?

Philippe REVY, 56 ans, orthophoniste, formateur en sciences cognitives auprès d’orthophonistes, d’enseignants, de formateurs dans les filières professionnelles (CFA, Armée, Institutionnels…). Ancien expert MDPH, co-fondateur ou membre expert d’associations pour les DYS (Apedys, Coridys, CEN Stimco…).

#Ce que j’aime transmettre

Ce que j’aime transmettre, c’est l’apport des sciences cognitives et du numérique dans les apprentissages. Comment le fait de mieux connaître le fonctionnement du cerveau permet de gagner un temps considérable dans l’acquisition des savoirs de base (lire, écrire, parler, compter).

Le numérique est un outil et non un objectif !

#Ma perle de prof

Désolé mais je ne suis pas prof, même si toute ma famille l’est : mère, épouse, frère, sœur, beau-père, belle-sœur… Bref, lors des repas on parle beaucoup d’innovation à l’école pour convenir que la plus grande innovation serait une stabilité dans les programmes avec une priorité accordée à l’acquisition des savoirs de base et une réforme de la formation des profs (en sensibilisant les professeurs à l’apport des sciences cognitives dans l’éducation).

#Mon avis sur le numerique dans l’education

Le numérique est un outil est non un objectif ! Il faut donc sans cesse réfléchir au besoin de l’élève et du professeur  et proposer des activités et des supports qui ont une vraie valeur ajoutée dans les apprentissages.  Avant d’équiper les classes en matériel, il faut déjà bien former les profs au numérique et surtout proposer des contenus validés scientifiquement et réfléchir aux nouvelles organisations pédagogiques induites.

#ma pédagogie innovante

J’utilise le site www.igerip.fr  qui contient plus de 15 000 exercices validés par des laboratoires de recherche INSERM, CNRS. On peut à la fois évaluer un élève, lui proposer une remédiation cognitive sur-mesure ou des apprentissages ludiques sur les savoirs de base.  Je suis heureux de voir que le ministère de l’Education nationale reconnaisse l’intérêt des sciences cognitives dans l’éducation (voir le dossier Sciences cognitives et Education sur le site Eduscol).

 

 

J’écris un commentaire