Emilie, professeur des écoles, a pris la parole et a répondu à notre interview afin de nous expliquer ses pratiques pour assurer la continuité pédagogique.

#QUEL PROF SUIS-JE ?

Je m’appelle Emilie, je suis professeure des écoles en région parisienne dans une classe de CE1/CE2. Notre école est bilingue, nous enseignons les arts, les sciences et le sport en anglais pour promouvoir l’apprentissage et l’utilisation au quotidien de la langue anglaise à nos élèves.

#MA MÉTHODE POUR ASSURER LA CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE

Je communique depuis le tout début de l’année scolaire avec les parents d’élèves de ma classe avec une application qui s’appelle Klassroom : cela nous permet d’échanger photos, vidéos, emails assez facilement. J’ai aussi un Google Drive qui me permet de partager des documents (powerpoints notamment !) aux parents pour revoir un petit peu avec leurs enfants à la maison ce que nous faisons au quotidien en classe. J’ai donc décidé de garder ces deux outils auxquels parents et enfants étaient largement habitués et qui leur étaient vraiment familiers, plutôt que de leur proposer d’autres options (tout aussi pratiques néanmoins) qui nous ont été avancées par l’Education Nationale. Les parents ont aussi mon adresse email depuis le début d’année, et là, à cause de cette situation exceptionnelle, je leur ai aussi communiqué mon numéro de téléphone : ainsi, nous pouvons nous appeler, échanger des photos et s’appeler en vidéo quand ils le souhaitent de manière moins « formelle », c’est moins l’école, plus un moment pour prendre des nouvelles de chacun et se parler d’autre chose que du travail. Ils me font visiter leurs chambres, me présentent leurs animaux de compagnie. C’est marrant mais surtout ça fait beaucoup de bien à tout le monde.

#L’APPORT DES COURS À DISTANCE

Chaque jour, je poste un petit défi sur Klassroom à mes élèves. Il peut s’agir de jeux de logique, de petits calculs mathématiques, ou comme on l’a beaucoup vu sur les réseaux dernièrement, de m’envoyer une photo d’eux lorsqu’ils étaient petits. Je réalise ensuite un montage et chacun doit essayer de reconnaître ses camarades. Ça leur plait à chaque fois beaucoup.

Depuis le début du confinement, nous avons travaillé en étude de la langue et en mathématiques principalement. Je poste des documents PowerPoint ou Word chaque jour ou presque sur le Google Drive et les parents les récupèrent sur leur tablette ou leur ordinateur. J’envoie aussi des activités d’arts plastiques que je réalise moi aussi, avec le peu de matériel que l’on peut avoir à la maison. Comme ça, je leur envoie des photos de ce que j’ai réalisé et ils m’envoient leur propre réalisation après. J’avais eu l’occasion quand même de préparer le confinement avec les élèves avant de quitter l’école le vendredi 13 mars dernier et chacun est parti avec des fournitures scolaires adaptées.

Un autre lien s’est créé entre les élèves et moi-même, ainsi qu’avec leurs parents. Nous prenons le temps différemment aujourd’hui. C’est curieux de dire ça dans la situation que nous vivons actuellement mais c’est plutôt bénéfique au niveau des rapports humains ce confinement. J’ai vraiment le sentiment que nos relations ont changé, évolué vers encore plus de positif, que les liens se sont resserrés encore plus.

#MES DIFFICULTÉS RECONTRÉES

Au tout début du confinement, j’ai eu des soucis avec internet et c’était compliqué d’envoyer des documents sans connexion. Heureusement qu’avec mon téléphone je pouvais faire un partage de connexion. Je travaillais donc énormément en amont pour pouvoir tout poster d’un seul coup et ainsi essayer de ne pas épuiser mon forfait pour pouvoir en avoir sur le long terme.

Il a fallu que je m’adapte aux possibilités personnelles de chacun aussi : tous les parents ne sont pas équipés d’imprimante ou d’écran à la maison, pas évident donc de couvrir les besoins de chacun. Mais on s’adapte, on apprend. On fait comme on peut. J’écris chaque semaine aux parents un petit mail pour les remercier de ce qu’ils font : sans eux, il n’y aurait pas de continuité pédagogique.

J’éprouve néanmoins des difficultés à assurer vraiment la suite de ce que nous avions commencé en classe concernant certaines matières, notamment les sciences : autant l’on peut guider les parents sur certains sujets, autant d’autres ça me parait complexe et je n’ose pas non plus leur demander de travailler en anglais avec leurs enfants pour ne pas les mettre en difficulté.

Je sais que beaucoup de parents assurent leur activité professionnelle depuis la maison et que c’est difficile de se substituer à l’enseignant comme ça, du jour au lendemain. Alors je n’exige pas trop non plus de leur part, j’ai des retours réguliers et des nouvelles de la plupart d’entre eux et je trouve ça déjà formidable. D’autres ne me donnent pas de nouvelles, mais je ne les juge pas, je ne les blâme pas, le confinement se passe pour tout le monde différemment et on fait comme on peut !

#MES SOLUTIONS

YouTube est une pépite en matière de vidéos pour les enfants pour faire un peu d’anglais, ou des sciences parfois aussi. Alors je prends le temps d’en regarder avant de leur envoyer des liens.

Et puis, je m’inspire aussi de ce que font certains enseignants blogueurs, qui, il faut le dire, fournissent un super travail et partage des documents qui sont des pépites !

#MAIS AUSSI…

J’espère pouvoir revoir mes petits élèves avant la fin de l’année. Ce serait dur de ne pas pouvoir se dire aurevoir et de ne pas faire un énorme goûter bien mérité pour fêter tous ensemble la fin du confinement. En attendant, je leur prépare une petite chasse au trésor spécial confinement puisque la zone C est actuellement en vacances. Moins de travail mais toujours un peu, pour ne pas perdre le lien et le contact humain tellement important et continuer à faire travailler un peu leurs méninges ! Merci infiniment à tous les parents d’avoir pris comme ils pouvaient la casquette du maître ou de la maîtresse de leurs enfants : nous vous devons une fière chandelle. Nous faisons peut-être peu au regard des programmes et attentes habituels, mais nous le faisons bien et c’est grâce à vous !


J’écris un commentaire