La poésie et l’autobiographie sont deux genres littéraires étudiés en classe de 3e, susceptibles d’être présents dans l’épreuve de français lors du brevet 2018. Ils correspondent aux thèmes « Se raconter, se représenter » et « Visions poétiques du monde ». Nous vous proposons aujourd’hui de réunir ces deux problématiques en étudiant des poèmes autobiographiques, en lien avec des œuvres artistiques.

Connectez-vous à la Digithèque pour accéder directement à des milliers de ressources.

Le Baiser de Gustav Klimt pour illustrer des poèmes autobiographiques
Exemple d'un sonnet d'Alfred de Musset en lien avec "Le Baiser" de Klimt (AKG images)

Mon rêve familier de Paul Verlaine
en lien avec un portrait de Georges Sand par Eugène Delacroix

« Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. »

Paul Verlaine, « Mon rêve familier » dans Poèmes saturniens, 1866

De nombreux éléments de ce dessin méritent d’être étudiés : les vêtements et accessoires du modèle, le jeu de lumière sur son visage, l’élégance et le mystère qui se dégagent de l’ensemble. Tout comme dans le poème de Paul Verlaine, on en retire à la fois un sentiment de précision et de distance.

Amenez vos élèves à analyser le texte et l’image avec des questions du type :
• Peut-on connaître le caractère, les pensées, les sentiments de cette jeune femme ? Pourquoi ?
• Pourquoi Verlaine dit-il dans son poème qu’elle « n’est, chaque fois, ni tout à fait la même / Ni tout à fait une autre » ?
• Qu’est-ce que le peintre a choisi de mettre en évidence dans cette œuvre ? En quoi peut-on comparer ce tableau à un « rêve étrange et pénétrant » ?

Merveille de la guerre de Guillaume Apollinaire
en lien avec Le ravin de la mort à Verdun de Ferdinand-Joseph Gueldry

« C'est un banquet que s'offre la terre
Elle a faim et ouvre de longues bouches pâles
La terre a faim et voici son festin de Balthasar cannibale »

Guillaume Apollinaire, « Merveille de la guerre » dans Calligrammes, 1913-1916

Cette peinture nous montre comment un artiste peut transmettre une émotion et une opinion, à travers sa mise en scène et sa manière d’impliquer le spectateur. Son titre épique entre en contradiction avec la « merveille de la guerre » d’Apollinaire qui utilise l’ironie.

Vous pouvez demander à vos élèves de décrire le tableau puis de le mettre en rapport avec le texte grâce à des questions du type :
• De quoi est composé le sol de cette forêt ? Soyez attentif au premier plan.
• Quel moment d’un combat illustre le tableau ?
• En vous aidant de la peinture, expliquez le sens du poème.

Guerre de Guillaume Apollinaire
en lien avec une affiche de propagande

« Ne pleurez donc pas sur les horreurs de la guerre
Avant elle nous n'avions que la surface
De la terre et des mers
Après elle nous aurons les abîmes
Le sous-sol et l'espace aviatique
Maîtres du timon »

Guillaume Apollinaire, « Guerre » dans Calligrammes, 1913-1916

Ces deux documents abordent la propagande et le rôle du poète qui s’y oppose. L’affiche permet d’étudier les symboles, les couleurs et le discours utilisés, tandis que le texte illustre la manière dont le poète détourne les procédés de persuasion.

Vous pouvez mettre en lumière ces différentes façons de transmettre un message avec des questions du type :
• Justifiez le choix des couleurs. Comment sont-elles réparties ? Pourquoi ?
• Que veut dire le message en haut à droite ? Qui en est l’émetteur ? À qui s’adresse-t-il ?
Comparez ce message avec le poème : quels autres pronoms personnels le poète utilise-t-il par rapport à l’affiche ? Quels temps et quels modes emploie le poète ?

Demain, dès l’aube de Victor Hugo
en lien avec Improvisation 21a de Wassily Kandinsky

« Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. »

Victor Hugo, « Demain, dès l’aube... » dans Les Contemplations, 1856

Il s’agit cette fois d’une œuvre abstraite, qui ne fait pas référence de manière explicite à la réalité. Fondée plutôt sur un ressenti et un rythme interne, elle demeure toujours en construction. Il est intéressant d’étudier la notion de mouvement dans le texte et l’image, ainsi que les parcours individuels des personnages. Les jeux de lumière et la perspective guident le regard du lecteur.

Les élèves pourront interroger leur ressenti face à ces ressources à travers des questions du type :
• Ce tableau est une peinture « abstraite » : que signifie ce terme ? Reconnaissez-vous dans ce tableau des éléments qui évoquent des choses que vous connaissez ?
• Quelles sensations cette peinture évoque-t-elle pour vous ? Est-ce similaire à ce que vous ressentez en lisant les vers de Victor Hugo ?

Sonnet d’Alfred de Musset
en lien avec Le Baiser de Gustav Klimt

« Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème, 
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci :
Oui, l'on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime. »

Alfred de Musset, « Sonnet » dans Poésies nouvelles, 1850

Pour clore notre sélection de poèmes autobiographiques, voici une exhortation au romantisme : une déclaration amoureuse et un tableau aux tons dorés lumineux. Cette exploration interactive fait ressortir les 5 principaux axes de lecture de l’image, en rapport direct avec le texte : l’union des personnages, l’allégorie de l’amour, l’âge d’or, la nature et la mort.

Abordez ces sujets avec vos élèves à travers des questions du type :
• Quel est le thème du poème de Musset ?
• Selon vous, quel vers du poème correspond le mieux au tableau de Klimt ?
• Dans cette peinture, comment sont représentés les personnages ?

J’écris un commentaire