Veille sur Twitter, je tombe sur le compte de « Natchka Sylva » qui, comme je l’apprendrai plus tard, est le pseudonyme de Nathalie Sylvanielo, professeur des écoles en Guyane. Très vite, je me rends compte de son intérêt pour le numérique et de son investissement pédagogique sur le web : créatrice d’une chaîne Youtube « Les Instit-Tutos de Natchka  » (3800 abonnés) et d’un blog. Je me suis donc empressée de lui écrire un petit message privée pour pouvoir la contacter et en apprendre plus sur son utilisation du numérique en classe mais aussi sa manière d’appréhender l’apprentissage des langues. 

#Quelle prof suis-je ?

Je suis professeur des écoles dans le département de la Guyane depuis 22 ans. Je suis intéressée par les langues régionales ; en Guyane je suis servie car beaucoup de langues véhiculaires sont utilisées. Certaines sont des créoles à base française : le créole guyanais, le créole antillais et le créole haïtien, d’autres des créoles à base  anglaise : les langues businenge (sauf le saramaka créole  à base portugaise). Les langues en général m’intéressent ayant moi-même une licence en langues étrangères appliquées (anglais, italien) et la littérature française. Dans ma pratique, j’ai une analyse globale de l‘enseignement du français car dans ma tête je me mets à la place de l’apprenant du français langue seconde. J’essaie donc d’être concise et efficace avec mes élèves, tout comme je peux l’être dans mes vidéos sur YouTube (voir sa chaîne Les Instit-tutos de Natchka). J’enseigne en classe de CP, car l’enseignement de la lecture est pour ma part une activité professionnelle qui me comble dans ce niveau de classe, étant régulièrement émerveillée de voir mes petits élèves s’ouvrir au fur et à mesure de l’année au monde des livres.

#CE QUE J’AIme transmettre

Dans mon enseignement, j’essaie de transmettre, mis à part les notions du programme, la notion de dépassement de soi et comme on dit en anglais le self-confidence, bref la confiance en soi. Ce qui n’est pas évident pour des enfants de cet âge-là. Mais j’ai appris au fil du temps que tout action vis-à-vis de quelqu’un à une incidence quelle soit positive ou négative.

J’ai en mémoire le souvenir de ma première classe à St-Laurent-Du-Maroni, une classe ou la majorité des enfants étaient non-lecteurs et non-francophones, ce qui était un défi pour moi néo-titulaire… Dans cette classe, une seule élève était lectrice, une toute petite fille, qui était attentive à tout ce que disait la maîtresse et qui appliquait les règles de la classe au doigt et à l’œil au risque de se faire molester par les autres… Dans cette classe, je n’arrêtais pas de leur dire que l’on allait y arriver et qu’il ne fallait surtout pas se décourager…Vingt ans plus tard, je reçois un coup de téléphone, c’était ma petite élève devenue professeur documentaliste et exerçant en France métropolitaine. Dans cette classe, j’essayais de leur donner le meilleur de moi, on chantait les chansons de Michel Polnareff (moi me disant qu’ils auraient un bon niveau de langue avec un tel parolier). D’autres élèves de cette même classe que j’ai pu croiser m’ont rappelé ce que l’on écoutait en classe et m’ont avoué avoir fait des recherches sur notre chanteur 😉 Etant donné que je parlais anglais couramment je leur apprenais l’anglais et eux en échange m’apprenaient l’équivalent dans leur langue maternelle (langue businenge).

C’est cette année-là également que je découvrais la méthode de lecture Borel-Maisonny qui est parfaitement adaptée aux apprenants non-francophones.

#MON AVIS SUR LE NUMÉRIQUE DANS L’ÉDUCATION

Nous sommes dans une ère ou le numérique est entré dans les maisons via les smartphones. Le monde évolue, la technologie aussi. Elle a ses défauts quand elle est sur-utilisée aux dépends  d’autres capacités que nous développions quand nous étions jeunes. C’est à nous adultes d’en instaurer les limites, et de l’utiliser à bon escient.

Dans notre métier de professeur des écoles, nous avons dû toujours utiliser le numérique (ordinateurs personnels), la miniaturisations des appareils nous a permis de nous alléger (ben oui nos différentes disciplines font que nous avons un bazar monstre dans nos sacs !!). Alors quel bonheur d’avoir dans un smartphone, un dictaphone, un i pod, et un écran dans une si petite boîte !!

Dans ma pratique de classe, je l’utilise à chaque découverte de nouvelle chanson, en français, en anglais ; en mathématiques et en découverte du monde (documentaire). Cette année particulièrement, avec mon collègue, nous utilisons le vidéo-projecteur et nos journées sont rythmés de séances d’apprentissage (pensées sur différents logiciels Powerpoint, Word), de capsules vidéos et d’autres travaux que nous élaborons mon collègue et moi.

#MA PÉDAGOGIE INNOVANTE

Sur internet, je partage via le réseau social YouTube, des vidéos sur l’apprentissage de la lecture avec la méthode Borel-Maisonny. J’ai commencé par une démo de la méthode elle-même puis j’ai fait mes propres vidéos (en pensant à un public plus large). J’y fais aussi quelques dictées et essaie de créer quelques mémos toujours dans cette même ligne directrice : être concise dans l’apprentissage du français. J’y ai lié un blog que j’alimente peu car je n’ai que peu de temps à y consacré ayant mon travail et ma famille à gérer aussi.

J’essaie de partager le maximum de ressources sur ma page Facebook , tout ce qui est réalisé par mes collègues blogueurs  professeurs des écoles ou d’autres blogueurs. J’utilise en classe mes vidéos avec les élèves en difficultés de lecture pour qui la méthode gestuelle Borel-Maisonny est un grand soutien. J’envoie le lien de mes vidéos aux parents afin que le travail soit renforcé à la maison.

#MA Motivation

Je pars du principe qu’on apprend mieux quand on voit ou on veut en venir. On gagne en efficacité à montrer sur un écran ce que l’on apprend, les illustrations d’un texte, les manipulations en mathématiques via les Powerpoint… Le tableau blanc devient un livre géant que l’on consulte ensemble. On utilise parfois nos propres tablettes pour faire travailler nos élèves fragiles (il existe des applis ultra intéressantes à tous les niveaux d’apprentissage).

Je poste sur YouTube car je pars du principe que l’on peut s’auto-former, et c’est que l’on fait quand on consulte un tuto de jardinage. Moi, je propose des vidéos adaptées à une diversité d’apprenants de la lecture (mes abonnés sont des étudiants en langues française, des personnes ayant des enfants en difficultés d’apprentissage dû ou non à un handicap, des enseignants du français dans des pays divers), et je suis contente de pouvoir aider toutes ces personnes…

#Mais aussi…

Un point sur lequel l’éducation nationale devrait penser c’est justement l’accès aux numérique des enseignants. Cela fait partie d’un investissement personnel de l’enseignant : un ordinateur, une imprimante (les cartouches d’encre, un vidéo-projecteur, les enceintes portables) et je trouve ça injuste que ce soit sur nos deniers personnels.

La formation des enseignants concernant le numérique est inexistante. Aucune animation pédagogique sur l’utilisation des logiciels de montage vidéo, de Powerpoint ou autre proposées !

Les enseignants se lançant dans le numérique sont des auto-didactes !!

Un exemple des vidéos créées par Nathalie en utilisant la méthode gestuelle Borel-Maisonny

Pour retrouver Nathalie, échanger avec elle et suivre ses différents projets :

Chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCVrUyHbtXEukCEoC29CR70g?view_as=subscriber

Page Facebook :

https://www.facebook.com/NatchkaS/

 Blog :

http://natchka-sylva.eklablog.com/

Instagram :

https://www.instagram.com/natchka973

J’écris un commentaire