Laila Methnani, professeur de lettres modernes
Laila Methnani, professeur de lettres modernes

#Quelle prof suis-je ?

J’enseigne à temps plein en collège depuis 14 ans : professeur de lettres et heureuse de l’être ! Mais pas seulement… J’assure aussi une mission de Professeure Formatrice Académique : j’interviens dans les domaines du numérique éducatif et en matière d’évaluation des apprentissages par compétences.

J’ai également travaillé sur l’enseignement de l’oral dans le cadre du CAFFA (certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique). Il s’agissait de montrer que « l’oral s’enseigne comme l’écrit » tout en questionnant les accompagnements didactiques et pédagogiques à apporter aux enseignants en formation.

Plutôt pédago-numérique, j’expérimente tous azimuts auprès des élèves et des collègues pour rendre l’apprentissage de la langue, l’éveil des sens et des goûts pour les littératures, le développement de l’esprit critique et l’enrichissement culturel stimulants et efficients.

Une devise : ne jamais quitter ma posture réflexive sous peine de sclérose professionnelle !

#Mon meilleur souvenir d’enseignement

J’ai mené en 3e un projet d’écriture collaborative en lien avec l’histoire des arts, ce qui m’a permis de travailler en interdisciplinarité avec les professeurs d’arts plastiques et documentaliste. À l’origine se trouve un constat : à l’épreuve d’histoire des arts du brevet, une trop grande majorité d’élèves se présente une fiche à la main et la lisent mot pour mot. Or, parmi les compétences à évaluer figure la capacité de l’élève à décrire, expliquer, analyser une œuvre ainsi que sa capacité à établir des liens avec d’autres œuvres rencontrées dans sa scolarité. Comment alors permettre à l’élève une meilleure appropriation de ces œuvres ?

En concertation avec l’équipe pédagogique, j’en ai choisi 26 parmi lesquelles les élèves ont tiré au sort. J’ai ensuite constitué des groupes hétérogènes puis lancé l’écriture de 7 nouvelles à partir des 7 œuvres sélectionnées. Enfin, nous avons accompagné chaque groupe dans la réalisation graphique de sa nouvelle.

L’outil numérique a permis à une élève hospitalisée de participer pleinement au projet. Il a renforcé les liens entre les élèves et développé chez eux un sentiment de fierté ; nous avons terminé par une lecture publique, devant les familles et les membres de l’établissement, avec projection des œuvres.

#Ma perle de prof

J’ai régulièrement la même conversation avec certains collègues qui ne comprennent pas pourquoi les élèves s’obstinent à chercher les réponses aux questionnaires de lecture sur la « toile ». Mais peut-on leur en vouloir ? Je pense qu’ils font preuve de sens pratique à défaut d’exprimer leur sensibilité et leur potentiel créatif. Les outils numériques peuvent développer ces capacités, en les invitant par exemple à produire la bande-annonce d’un livre ou à présenter une œuvre en s’appuyant sur une carte heuristique.

Le numérique peut diminuer les inégalités sociales à l’école et renforcer la confiance des élèves.

#Mon avis sur le numérique dans l’éducation

Le numérique me semble aujourd’hui indissociable du monde de l’éducation. Comment enseigner les lettres sans ouvrir la classe au monde ? Le numérique a ceci de magique qu’il permet à chaque élève d’accéder à la culture en quelques clics. Le savoir est décentralisé, incitant chaque enseignant à changer de posture et à tenir compte des évolutions positives de la société.

Le numérique ne remplacera pas le professeur mais lui permettra d’accompagner l’apprentissage de ses élèves tout en les éduquant aux médias et à l’information. Il participe aussi à la valorisation des productions des élèves : chacun, conduit dans une pédagogie de projet, peut publier son « chef d’œuvre ». Je crois que le numérique peut réellement diminuer les inégalités sociales à l’école et renforcer la confiance des élèves en leurs capacités.

#Ma pédagogie innovante

Mon blog Lettres numériques existe depuis sept ans et m’est indispensable dans ma pratique professionnelle. Il contient des séquences interactives, des ressources, des exercices en ligne, des documents multimédias, des réalisations d’élèves pour savoir identifier, relier, classer, questionner, collaborer, expérimenter, créer, inventer… Je me sers aussi de cet espace de partage pour échanger avec mes collègues ; il participe au dynamisme de mon métier.

dictée préparée
Exemple de dictée préparée

#La Digithèque et moi

Ma mission d’auteur m’a permis de mesurer l’intérêt de laisser les élèves autonomes dans l’apprentissage de la langue. Quand il est accompagné, évalué et corrigé, l’exercice permet au professeur d’aménager la progression pédagogique. La structure même de la Digithèque témoigne de cette volonté : l’enseignant trouve des ressources qu’il peut personnaliser. Les élèves réalisent des parcours d’apprentissage à leur rythme tandis que l’enseignant mesure leur réussite à l’aide du tableau de bord. La Digithèque présente donc plusieurs intérêts : l’enseignant accompagne les élèves en parallèle du cours et développe leur autonomie. De surcroît, elle prouve qu’une pédagogie étayée par le numérique n’est pas chronophage, et rassure des enseignants débutants avec les usages informatiques en classe.

J’apprécie particulièrement les formats audio qui renforcent les compétences orthographiques des élèves quand ils réalisent, suivant un rituel, une dictée. Les supports vidéo viennent aussi enrichir un récit ou une œuvre artistique. Nous pouvons même aller plus loin en proposant des supports numériques qui favorisent la différenciation : plusieurs parcours  conçus autour d’une même œuvre. L’enseignant invite l’élève à suivre un parcours spécifique qui répond à ses besoins.

#Ma devise éducative

Trois principes guident ma vision du métier :
1) L’erreur pour apprendre : accepter de se tromper pour réussir.
2) La classe par la plante des pieds : pour un enseignement fondé sur l’expérimentation, le tâtonnement.
3) Bienveillance et émulation : pas de jugement de valeur, mais une volonté de donner le goût de l’effort.

Professeur de lettres modernes depuis 14 ans, Laïla Methnani est aussi formatrice académique. Elle tient le blog Lettres numériques et tente de sensibiliser à la fois ses collègues et ses élèves aux nouvelles technologies. Vous pouvez la retrouver sur les réseaux sociaux.

Exemple de ressources dans la Digithèque : La dictée sous toutes ses formes.

J’écris un commentaire