David Wilgenbus
David Wilgenbus

#QuI suis-je ?

J’ai démarré par la recherche scientifique (en astrophysique), avant de m’intéresser à l’enseignement des sciences : j’ai rejoint l’équipe La main à la pâte en 2001, au sein de laquelle je coordonne la production des ressources et organise des formations de formateurs. J’ai produit de nombreux guides pédagogiques traitant de l’enseignement des sciences et d’éducation au développement durable au cours des 15 dernières années, le dernier en date étant « 1, 2, 3… codez ! » qui traite de l’informatique (algorithmique, programmation, robotique…).

#Ce que j’aime transmettre

Si je devais choisir un sujet qui me tient particulièrement à cœur, je citerai le changement climatique.

Ce que j’aime par dessus tout, au delà de transmettre, c’est créer des situations qui vont permettre aux autres d’explorer, se questionner, expérimenter, et ainsi découvrir et s’approprier par eux-mêmes de nouvelles notions. C’est vraiment au cœur de la démarche de La main à la pâte.

En éducation, il faut être modeste pour être efficace…

#si j’étais… prof

J’essaierais de travailler le plus possible avec mes collègues :

  • premièrement car c’est un métier difficile qu’il est épuisant de faire seul dans son coin,
  • deuxièmement car le cloisonnement entre les enseignants, entre les disciplines, est un obstacle aux apprentissages des élèves,
  • et troisièmement car cela me permettrait de continuer à apprendre en permanence.

#Mon avis sur le numerique dans l’education

J’attends de voir, avec un mélange d’espoir et de scepticisme. Cela fait des décennies qu’on nous promet que les nouvelles technologies vont révolutionner la façon d’enseigner… et l’on voit qu’en général ça n’est pas le cas. Se débrancher des écrans et revenir au monde sensible, cela ne fait pas de mal de temps en temps.

#La digitheque… et moi !

Je ne suis pas utilisateur de la Digithèque, mais simple contributeur. J’aime quand le numérique permet de faire des choses qui ne sont pas possibles autrement. Sinon, quelle est l’utilité ?

S’agissant du changement climatique, par exemple, une des difficultés des élèves est d’appréhender les différences d’échelles. Les manips que l’on fait sont locales et de court terme, tandis que le phénomène réel est global et de long terme. Des animations multimédias permettent d’aider à faire ce changement d’échelle, où la manip seule ne suffit pas. Les ressources du projet « Le climat, ma planète… et moi ! », en ce sens, sont intéressantes.

#ma devise educative

En éducation, il faut souvent être modeste pour être efficace. Ne pas chercher à vouloir que les élèves apprennent trop de choses, mais faire en sorte que ce qu’ils ont appris, ils l’aient vraiment compris et intégré.

David Wilgenbus est ingénieur d’études à l’École normale supérieure et membre de la fondation La main à la pâte, dont il coordonne la production et la diffusion des ressources pédagogiques auprès des enseignants.

J’écris un commentaire