Catégorie

Les usages

Catégorie

Christophe Gilger, professeur des écoles : « Nous nous devons d’accompagner les équipes dans l’intégration du numérique en classe »

#Quel prof suis-je ?

Professeur des écoles depuis 1998, j’entame ma onzième année en tant qu’ERUN (Enseignant Référent pour les Usages du Numérique) au sein de la circonscription de Saint-Gervais/Pays du Mont-Blanc. Directeur d’école et formateur TICE à l’ESPE de Bonneville, je cumule avec joie ces trois fonctions complémentaires. Mes missions sont très prenantes, mais surtout très enrichissantes sur le plan humain et pédagogique.

David Wilgenbus : J’aime quand le numérique permet de faire des choses qui ne sont pas possibles autrement.

#QuI suis-je ?

J’ai démarré par la recherche scientifique (en astrophysique), avant de m’intéresser à l’enseignement des sciences : j’ai rejoint l’équipe La main à la pâte en 2001, au sein de laquelle je coordonne la production des ressources et organise des formations de formateurs. J’ai produit de nombreux guides pédagogiques traitant de l’enseignement des sciences et d’éducation au développement durable au cours des 15 dernières années, le dernier en date étant « 1, 2, 3… codez ! » qui traite de l’informatique (algorithmique, programmation, robotique…).

Grégory Devin : « Chaque heure peut être l’occasion pour toutes et tous d’apprendre, moi y compris ! »

#QuI suis-je ?

Je suis un prof de français qui cherche à faire progresser ses élèves en privilégiant plusieurs axes de travail qui me paraissent essentiels aujourd’hui : la coopération, les échanges, la réflexion, le bien-être en classe, l’écoute.

A mes yeux, la classe ne peut plus être seulement l’espace où le maître distille le savoir, mais un écosystème avec de nombreuses interactions, et dont j’essaie d’être un organisateur efficace.

Guillaume Allemann, professeur documentaliste : « Favoriser l’accès aux savoirs »

#Quel prof suis-je ?

Professeur documentaliste depuis 5 ans, j’ai toujours travaillé en éducation prioritaire (REP+). Je suis actuellement en poste à Cayenne (Guyane). Issu de la génération Y, je suis imprégné de culture numérique et j’essaie de renouveler la pratique de mon métier grâce aux nouvelles technologies, aussi bien dans ma pédagogie que dans mon approche de la gestion de l’information. Je suis également référent pour les usages pédagogiques du numérique dans mon établissement, c’est-à-dire que je forme et accompagne mes collègues enseignants pour faciliter l’introduction du numérique dans leurs pratiques pédagogiques.

Découvrez les sciences et l’histoire en 3D avec EON Reality

EON Reality est un spécialiste de la réalité virtuelle et augmentée ; la société californienne est présente sur tous les continents et dispose depuis 2014 d’une filiale française installée à Laval (Mayenne). Spécialisée dans le transfert des compétences, elle œuvre plus particulièrement dans le domaine de l’éducation, notamment à travers son unité de production de

Mettre en œuvre une pédagogie différenciée en histoire-géographie

Des enseignants de l’académie de Clermont-Ferrand proposent un usage novateur de la Digithèque en histoire-géographie, au service de la différenciation pédagogique. Pour s’adapter à la multiplicité des élèves et des comportements, afin de permettre à chacun d’acquérir par des moyens divers les mêmes compétences et connaissances, ils ont créé deux parcours. Le premier met en place une différenciation basée sur le contenu, le deuxième une différenciation basée sur la structure d’apprentissage.

La science vivante avec la fondation La main à la pâte

Fondée par l’Académie des sciences, l’École normale supérieure (Paris) et l’École normale supérieure de Lyon, la fondation La main à la pâte se définit comme « un laboratoire d’idées et de pratiques innovantes cherchant à améliorer la qualité de l’enseignement des sciences à l’école et au collège ». Depuis 2011, elle accompagne les professeurs de science et les aide à développer chez les élèves une curiosité scientifique et un esprit de collaboration et d’expérimentation pour mieux comprendre le monde.

Florence Le Bras, professeur d’anglais : « Recommencer pour se réinventer »

#Quelle prof suis-je ?

J’enseigne l’anglais depuis 25 ans en classes de lycée et de BTS industriel. J’ai vite adopté les outils numériques en cours car ils m’ont permis de changer, de façon significative, les situations d’apprentissage proposées aux élèves ; cela implique aussi de se former, s’informer, expérimenter, tâtonner, recommencer pour se réinventer.